Les races

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les races

Message  Elgoain le Dim 8 Avr - 23:03

De nombreuses race en fouler le sol d'Arda durant les âges en voici quelque une que vous pourais incarner.


Le camp du mal :

Les Uruk-hai :



Les Uruk-hai, nés de l'imagination de J.R.R. Tolkien, sont une évolution des Orques, mais sont plus forts, et sont capables de combattre et de se déplacer le jour. Les Uruks-Haïs sont des êtres hybrides.

J.R.R. Tolkien ne donne pas leur origine exacte (mais une chose est sûre : ils ont été créés en des temps immémoriaux par la maléfique magie de puissants sorciers à l'effigie de Saroumane. Les Uruks-Haïs sont nés d'un croisement impossible de races (entre les humains et les Orcs : les Uruks-Haïs sont des créatures mi-orques mi-humaines). Mais ce mélange de races ne s'est pourtant pas fait par hasard : c'est volontairement que les Uruks-Haïs ont été enfantés, mi par magie, mi organiquement, par une méthode que seuls les sorciers maitrisent.J.R.R. Tolkien utilise Gobelins et Orques comme des quasi-synonymes[2]). Au départ, ils ne constituaient pas une espèce à part entière mais ils ont appris à s'adapter à leur milieu, si bien que petit à petit ils sont devenus de redoutables maîtres de guerre.

Description :

Tout comme les Orcs, les Uruks-Haïs possèdent force et cruauté, ainsi qu'un goût immodéré pour la guerre et le sang humain. Pourtant, ils ont une grande différence avec les Orcs : leur capacité à évoluer sous le soleil. Ceci est une grande force pour les Uruks-Haïs, qui ont "empruntés" cette faculté à l'être humain. Leur peau est noire tout comme leur sang, ils ne craignent pas la douleur et peuvent même supporter la torture sans broncher. Ils sont réputés pour leurs capacités au combat et pour courrir sur de longues distances durant de longues durées quand ils sont à la poursuite de leur proie. Ce sont des véritables machines de guerre entrainées à tuer. Plus forts que trois orcs réunis, ils sont d'une grande taille, sont équipés d'imposantes armures et de longues épées dont la particularité est qu'elles ont un repli à l'extrémité de la lame pour abattre leurs victimes avec plus de facilité. Ils affectionnent tout particulièrement les arcs et les arbalètes dont ils garnissent copieusement les flêches de poison mortel. Bien qu'ils soient l'œuvre de Sauron et commencent à parcourir la Terre du Milieu en 2475 du Troisième Âge (vers la fin du règne du surintendant Denethor I) avec leur apparition la première fois en Ithilien et leur assaut destructeur sur Osgiliath, ils furent également employés par Saroumane. Ainsi, un détachement d'Orques de Saroumane et du Mordor attaquèrent la Communauté de l'Anneau à Parth Galen et furent responsables de la mort de Boromir ainsi que de l'enlèvement de Merry et Pippin. A la Bataille de Fort-le-Cor, ils combattent à l'aide d'armures lourdes, de casques, d'arcs, de lances, de sabres, et d'échelles (dans l'adaptation de Peter Jackson, ils se montrent également capables d'utiliser des balistes aussi bien comme arme de jet que comme tracteurs d'échelles lourdes aux murs). Très liés entre eux, les Uruks sont cependant hostiles aux Orques, avec lesquels ils se battent à la moindre occasion, ce qui permit d'ailleurs à Merry et Pippin de s'échapper : ils auraient été conduits directement en Isengard si les Orques n'avaient pas insisté sur la pause près de Fangorn, et auraient pu éviter d'être massacrés par les Rohirrims. Frodon et Sam quant à eux réussirent à s'échapper de la tour de Cirith Ungol grâce à un combat survenu entre les deux races au sujet de la cotte de mailles de mithril portée par Frodon. Les Orcs sont déjà bien cruels mais ce ne sont que des anges comparés aux Uruks-Haïs. Les humains sont les proies préférées des Uruks-Haïs, car ils constituent un met de choix si on aime la chair humaine.

Il existe plusieurs dénominations :

Uruk-hai qui est l'orthographe dans la version originale du livre et des films (VO et VF) ;
Ourouk-haï qui est le mot dans la traduction française de F. Ledoux ;
Isengardiens qui est une autre dénomination excluant les quelques Uruks au service de Sauron.

Représentants :

- Uglúk
- Lurtz
- Shagrat
- Grishnakh


Les orques et les gobelins :



Le nom « orque » vient du sindarin « orch » (pluriel : yrch).

Ces créatures ont la peau grisâtre ou brune. Chez Tolkien, on distingue différents types d'Orques :

- les orques ou gobelins de base ;
- les snaga, des orques qui ont le rang d'esclaves :
-Le terme snaga s'applique à un Orque inférieur en rang que l'on peut qualifier d'ouvrier. Dans Le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien, les snagas du Troisième Âge sont au plus bas de l'échelle sociale du Mordor. Ils sont souvent traités comme de simples esclaves. Dans Le Seigneur des Anneaux, deux Orques sont surnommés ainsi, le premier est un Orque de l'Isengard de la bande d'Uglúk, qui est tué par les hommes d'Éomer, le second est un garde de la tour de Cirith Ungol, chargé de surveiller Frodon Sacquet, et qui meurt en se brisant le cou en tentant d'échapper à Sam.

- les uruk-hai, les grands orques. Ils apparaissent au Troisième Âge.
- les Isengardiens créés par Saroumane et qui sont à son service exclusif.

L'origine des Orques n'est pas totalement claire, J.R.R. Tolkien ayant plusieurs fois changé d'avis sur le sujet.[2] L'explication utilisée par Christopher Tolkien dans sa version du Silmarillion est que les Orques étaient des Elfes, capturés et torturés par Melkor.

Quelques personnages orques :

On peut citer Azog, père de Bolg qui tua le Nain Thrôr quand celui-ci voulut reprendre possession de la Moria. Sa mort fut à l'origine de la guerre entre les deux peuples, qui culmina dans la bataille d'Azanulbizar (ou Nanduhirion dans la langue des Elfes), remportée mais avec de fortes pertes des Nains.

Voir aussi:
Gorbag, Grishnakh, Snaga, Baglor, Roc, Gothmog (uniquement dans l'adaptation de Peter Jackson pour ce dernier ; dans l'œuvre de Tolkien, on ne sait pas à quel peuple appartient Gothmog).

Les Gobelins :




Se sont des orques mais qui vive dans les montagnes et qui donc n'ont pas le même physique. Ils ont développer des aptitudes comme cela de grimper sur aux mûrs. Ils se déplace en pas chasser se qui n'est pas le cas pour les autres orques.


Les hommes d'Harad et de Rhun:

Le Harad se divisait en deux grandes parties : Le Proche-Harad, et le Harad-Lointain (ou Extrême Harad), les terres les plus méridionales et qui étaient très mal connues des populations du Nord-Ouest de la Terre du Milieu.


Les Haradrims :



Dans l'œuvre de J.R.R. Tolkien, Les Haradrim ou Suderons sont un ensemble de peuples d'humains habitant la région du Harad, située au sud de la Terre du Milieu. Ils ont servi Sauron et combattu le Gondor durant le Troisième Âge. On ignore cependant de quelle manière Sauron les a recrutés... Promesse d'une grande récompense? Menaces? Les Haradrim sont formés à la guerre et sont de redoutables archers, dans la mesure où ils sont capables, comme les archers montés du Rohan, de tirer des flèches en mouvement du haut de leurs mûmakil. Décrits comme étant aussi cruels que les orques mais beaucoup plus grands, on distingue plusieurs classes d'Haradrim: les fins archers, les lanciers, ainsi que les cruels cornacs. Ce peuple part souvent en guerre accompagné des féroces mûmakil.

Lors de la Guerre de l'Anneau, beaucoup de leurs convois se dirigeant vers le Mordor furent mis en déroute grâce aux embuscades des rôdeurs de l'Ithilien menés par Faramir. Pendant la bataille des champs du Pelennor, leur chef fut tué par Théoden, mais ils firent de sévères dégâts parmi les hommes du Rohan. Après la chute de Sauron, le Gondor fit la paix avec le Harad, de par la volonté du roi Elessar.


Les Orientaux :



Les Orientaux (Easterlings) sont un peuple humain de la Terre du Milieu de J.R.R. Tolkien. Originaires de la région de Rhûn, située au nord-est du Mordor, ils sont alliés et tributaires de Sauron. Ils attaquèrent régulièrement le Gondor au cours du Troisième Âge, en particulier lors de la guerre de l'Anneau.

Les Orientaux (Easterlings) sont un peuple humain de la Terre du Milieu de J.R.R. Tolkien. Originaires de la région de Rhûn, située au nord-est du Mordor, ils sont alliés et tributaires de Sauron. Ils attaquèrent régulièrement le Gondor au cours du Troisième Âge, en particulier lors de la guerre de l'Anneau.

Histoire :

Premières attaques :
La première invasion du Gondor par les Orientaux eut lieu en 490 T.A. et fut repoussée par le roi Rómendacil Ier, mais il périt en 541, toujours en combattant les Orientaux. Son fils Turambar les repoussa et conquit toute la région comprise entre l'Anduin et la mer de Rhûn au sud de la Forêt Noire. Étant trop peu peuplé, le Gondor ne conserva guère longtemps ces terres, qui restèrent cependant occupées par un peuple allié, les Nortmen. Cependant, une partie de ces Nortmen s'allia aux Orientaux, par appât du gain ou par conviction, et ceux-ci commencèrent à occuper de nouveau le sud du Rhovanion. Le régent Minalcar leva une grande armée et, en 1248, il chassa les Orientaux de la région. On n'entendit plus parler d'eux pendant plusieurs siècles, jusqu'à l'arrivée des Gens-des-Chariots.

Les Gens-des-Chariots :

Les Gens-des-Chariots (Wainriders) étaient une branche d'Orientaux bien mieux armée que les autres, et qui devait son nom au fait qu'ils se déplaçaient à bord de grands chariots, et que leurs chefs combattaient à bord de chars. Ils harcelèrent le Gondor pendant près d'un siècle (1851 - 1944) et ne furent vaincus qu'à grand-peine. En 1856, ils vainquirent le roi Narmacil II, qui mourut lors de la bataille dite des Plaines, et les Nortmen du Rhovanion furent réduits en esclavage par les Orientaux. Le successeur de Narmacil, Calimehtar, profita d'une révolte des Nortmen pour vaincre les Gens-des-Chariots sur la plaine de Dagorlad. Ceux-ci se réfugièrent au-delà de la mer de Rhûn pour se réorganiser.

Les Gens-des-Chariots s'allièrent alors aux habitants du Khand, région au sud-est du Mordor, qui devaient attaquer le Gondor au sud pendant que les Orientaux l'attaqueraient au nord. Le roi Ondoher, prévenu par Forthwini, seigneur des Nortmen, divisa ses troupes en deux. Il prit la tête de l'armée du nord et confia celle du sud à son cousin Eärnil. Ondoher fut balayé devant la Morannon et il périt, ainsi que ses deux fils Artamir et Faramir ; et les Gens-des-Chariots prirent vers le sud et s'arrêtèrent en Ithilien, où ils établirent leur campement et fêtèrent leur victoire. C'était sans compter avec l'armée d'Eärnil qui, remontant du sud où il avait été victorieux, tomba sur les Orientaux par surprise et les anéantit (1944).

Le rôle des Mages Bleus :

Dans un texte datant de l'année de sa mort, J.R.R. Tolkien indique que les Mages Bleus partis dans l'est et dont on perdit la trace jouèrent un rôle important dans l'histoire du Troisième Âge : en semant la dissenssion parmi les Orientaux, ils auraient empêché ceux-ci de s'unir et de submerger le Gondor par leur simple nombre.


Les Balrogs :



Dans l'œuvre de J.R.R. Tolkien, les Balrogs (sindarin pour « Démons de Puissance », Valaraukar en quenya), sont des créatures fantastiques. À l'origine des Maiar, ils furent corrompus par Melkor et prirent l'apparence de formes ténébreuses et horribles. Ils se présentent comme des diables enveloppés de feu et d'obscurité, munis de fouets de feu.

Quand les Valar prirent la forteresse de Melkor, Utumno, les Balrogs, terrifiés, se réfugièrent dans les ruines d'Angband, d'où ils accoururent pour aider leur maître lorsque celui-ci fut attaqué par Ungoliant. Les Elfes rencontrèrent pour la première fois les Balrogs durant la Bataille sous les Étoiles (Dagor-Nuin-Giliath), où Fëanor fut tué par Gothmog, Seigneur des Balrogs. Ils jouent ensuite un rôle majeur dans la suite du Premier Âge, par exemple durant la chute de Gondolin, à la suite de laquelle un Balrog fut tué par l'Elfe Glorfindel. Durant le Troisième Âge, les Nains réveillèrent un Balrog en minant le mithril de Khazad-dûm et furent ainsi chassés de ces mines. Ce Balrog fut tué par Gandalf durant la Guerre de l'Anneau.

Si, dans les premiers textes concernant la Terre du Milieu, les Balrogs semblent avoir été imaginés comme existant en grand nombre, Tolkien revint plus tard sur cette idée : dans les années 1950, il écrivit dans une note que le nombre de Balrogs à avoir existé n'excédait pas sept

« À cette époque, il Morgoth n'était pas seul, car sa grandeur avait attiré à lui de nombreux Maiar qui restèrent avec lui jusque dans les ténèbres, et d'autres qu'il avait pris à son service corruption, au mensonge, à des présents perfides. Les plus redoutables de ces esprits étaient les Valaraukar, les fléaux dévastateurs qu'on appelle sur la Terre du Milieu les Balrogs, les démons de la peur. »


Les Wargs :



Dans l'œuvre de J.R.R. Tolkien , les Wargs (orthographié "Ouargues" dans la version française du Seigneur des Anneaux) sont décrits comme une sorte de loups ou de hyènes géants servant parfois de cavalerie légère aux Gobelins ou aux Orques.



Dernière édition par le Dim 8 Avr - 23:40, édité 1 fois
avatar
Elgoain
Administrateur
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 1465
Age : 27
Votre côté (mal ou bien) : bien
Date d'inscription : 10/10/2006

Fiche
Fortune:
1500/5000  (1500/5000)
Grade:
Armées:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les races

Message  Elgoain le Dim 8 Avr - 23:31

Les Dragons :



Dans la Terre du Milieu :
La Terre du Milieu est le monde développé par J. R. R. Tolkien dans ses livres, principalement Bilbo le hobbit et Le Seigneur des Anneaux.

Bilbo le hobbit est centré sur le dragon Smaug. Celui-ci a spolié les nains de leur royaume sous le Mont Solitaire et a volé leur trésor. On y fait parfois référence comme un ver. Ce mot est employé car les premiers dragons envoyés par Melkor étaient aptères (sans ailes) et se déplaçaient en rampant (par exemple, Glaurung laisse une traînée de cendres derrière lui); le mot est resté pour décrire les dragons, mêmes ailés - lesquels ne sont apparus que lors de la Bataille des Larmes Innombrables (à vérifier !).

Dans l'œuvre J. R. R. Tolkien les dragons sont également nommés Urulóki ou Vers. Ils sont la création de Melkor qui leur donna le jour au cours du premier âge en Angband.

Le premier d'entre-eux, surnommé le "Père des Dragons" s'appelait Glaurung. D'autres dragons célébres dans Tolkien : Ancalagon - Scatha.

Les Dragons dans la Terre du Milieu, pillent les villages et tuent les hommes, ils sont particulièrement attirés par l'or, avec ces métaux ils y font un nid pour y dormir pendant des centaines d'années.


Les dragon du seigneur des anneaux :

Glaurung :



Glaurung :est un dragon tiré de l'œuvre de J.R.R. Tolkien.
Il est le père des dragons. Il a été créé par Melkor en Angband au cours du Premier Âge. Il ne possède pas d'ailes, mais est capable de cracher du feu.Il apparaît pour la première fois lors de la bataille de Dagor Bragollach. Il constitue ensuite l'une des pièces maîtresse de Morgoth lors de la bataille de Nirnaeth Arnoediad, avant d'être grièvement blessé par le seigneur Nain Azaghâl, qui meurt dans l'entreprise. Glaurung doit se retirer.

C'est lui qui est envoyé à Nargothrond et met en déroute ses habitants, avant de s'installer dans la forteresse.

Il ensorcelle Nienor, puis plus tard son frère Túrin, leur faisant perdre la mémoire. Il est mortellement blessé par Túrin près des gorges du Teiglin, au lieu dit Cabed-en-Aras. Sa mort et la dissipation du sortilège qu'il avait lancé sur eux rend la mémoire aux enfants de Húrin, scellant ainsi leur destin.


Ancalagon:



Ancalagon (« mâchoires impétueuses ») est un dragon de l'œuvre de J.R.R Tolkien. Il était le plus grand des dragons ailés que créa Morgoth. Il fut tué par Eärendil lors de la Guerre de la Grande Colère, à la fin du Premier Âge, et en chutant il détruisit les trois sommets du Thangorodrim, qui surplombaient Angband, repaire de Morgoth. Il est cité dans Le Seigneur des Anneaux, lorsque Gandalf jette l'Anneau Unique dans le feu de la cheminée de Cul-de-Sac.

« Votre petit feu ne fondrait pas même de l'or ordinaire [...] On a dit que le feu du dragon était capable de fondre et de consumer les anneaux de puissance, mais il ne reste plus maintenant sur terre aucun dragon dont la vieille flamme soit assez chaude ; et il n'y en eut aucun, pas même Ancalagon le noir qui aurait pu faire du mal à l'Anneau Unique ; l'anneau souverain car celui-là avait été fait par Sauron lui-même »
— La Communauté de l'anneau


Smaug :



Dans l'œuvre de J.R.R. Tolkien, Smaug est un dragon qui vit dans une caverne dans le Mont Solitaire ou Erebor, dans la Terre du Milieu. Il a chassé les anciens occupants, des nains, pour récupérer leurs richesses ; ainsi les habitants des régions proches d'Erebor n'eurent pas d'autre choix que de créer une nouvelle cité appelée Esgaroth ou ville du lac.

Le roman de Tolkien, Bilbo le hobbit, raconte la grande aventure menée par 13 nains, un hobbit : Bilbon, et le magicien Gandalf dans une quête qui sera de rendre aux nains les trésors qui leurs appartiennent. Ceux-ci et les habitants d'Esgaroth se battront donc contre Smaug, qui mourra d'une flèche lancée par le capitaine Bard


Urulóki :


Dans le monde imaginaire de la Terre du Milieu, créé par J.R.R. Tolkien, les Urulóki (en quenya « serpent de feu ») sont des dragons de la première génération, capables de cracher du feu mais dépourvus d'ailes.

Ils sont créés par Morgoth pour pallier les faiblesses de ses armées d'Orques, incapables de défaire les royaumes elfes. Glaurung est le premier d'entre eux. Pour cette raison, il est surnommé le « père des dragons ».

_________________
avatar
Elgoain
Administrateur
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 1465
Age : 27
Votre côté (mal ou bien) : bien
Date d'inscription : 10/10/2006

Fiche
Fortune:
1500/5000  (1500/5000)
Grade:
Armées:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les races

Message  Elgoain le Lun 9 Avr - 11:34

Le camp du bien :


les humains :

les Dunedain :



Les Dúnedain étaient les descendants des Edain du Premier Age. Ils étaient nettement supérieurs aux autres Humains en noblesse à la fois de corps et de cœur, bien qu'ils étaient totalement capables de mauvaises actions si corrompus. Ils étaient grands (ils dépassaient couramment les deux mètres), avaient des cheveux bruns et des yeux gris pour la plupart. La durée de vie des membres de la famille royale était environ trois fois plus longue que celle d'un Humain normal (environ 210 ans), les autres Dúnedain avaient des vies plus courtes, mais néanmoins supérieures aux autres Humains (une longévité de 150 ans n'était pas exceptionnelle). Ils atteignaient l'age adulte entre 20 et 30 ans. Ils possédaient, en particulier ceux de haut rang, une grande sagesse et beaucoup de discernement, parfois même une certaine prescience

Ce peuple avait été honoré par les Valar qui leur avait donné la terre située dans la Mer de l'Ouest, entre les Terres du Milieu et les Terres Éternelles, c'est à dire Númenor. A partir de ce moment-là, les Edain furent rebaptisés Númenóréens.

En l'an II 3319, après la Chute de Númenor, neuf vaisseaux arrivèrent sur les côtes des Terres du Milieu, il s'agissait d'Elendil le Grand qui emmenait avec lui les membres de son peuple qui étaient restés fidèles aux Valar.

Elendil fonda l'Arnor et sa première capitale Annúminas dans les terres situées à proximité du royaume elfe du Lindon et connues sous le nom d'Eriador, alors que ses fils Anarion et Isildur fondèrent le Gondor dans les terres situées plus au Sud et ils y fondèrent la première ville: Osgiliath.

C'est à partir de cette époque que les Númenóréens commencèrent à être rebaptisés Dúnedain. Les deux royaumes prospérèrent paisiblement pendant près d'un siècle, quand une autre puissance, elle aussi grandissante se manifesta Il s'agissait du Mordor, voisin de Gondor, où vivaient Sauron, les Nazgûl et des légions d'Orcs et d'Humains qui les servaient.

Les forces du Mordor partirent à l'assaut -entre autres- des royaumes Dúnedain, mais un pacte, connu plus tard sous le terme de Dernière Alliance entre les Elfes et les Humains, fut fait entre Gil-Galad, le dernier Haut-Roi des Elfes et Elendil. Alors, les armées du Lindon et des Dúnedain combattirent ensemble Mordor et finirent par vaincre Sauron, mais au prix de la vie de Gil-Galad, Elendil et Anarion.

Après la guerre, débuta le Troisième Age qui semblait s'annoncer plus paisible que les précédents, mais il n'en était rien. Tout commença quand en III 2, Isildur, qui n'avait pas voulu détruire l'Anneau Unique de Sauron dans lequel il avait mis une partie importante de sa puissance, tomba dans une embuscade Orc dans les Champs aux Iris, périt sous leurs flèches, et entraînant indirectement la perte de l'Anneau Unique dans l'Anduin. Et bien que la paix dura encore quelque temps, cet évènement présageait le retour de temps difficiles tôt ou tard.

La mort d'Isildur eut pour effet direct de séparer définitivement les deux royaumes qui bien qu'amis évoluèrent désormais indépendamment. Ainsi les Dúnedain aussi se divisèrent en deux peuples plus ou moins distincts: les Dúnedain du Nord et les Dúnedain de Gondor.

La vie paisible des Dúnedain du Nord s'acheva quand en III 1300, le royaume d'Angmar commença à leur mener une guerre plus ou moins constante, si bien que peu leur puissance s'affaiblit (en particulier quand le royaume d'Arnor fut divisé en trois) et leur nombre ne cessa de diminuer. En III 1409, il ne restait que très peu de Dúnedain au Rhudaur. Au Cardolan, les derniers d'entre eux périrent lors de la Grande Peste de III 1636. En Arthedain, ils résistèrent plus longtemps, mais quand en III 1974, le royaume fut finalement anéanti, ils ne restaient qu'un petit nombre de Dúnedain du Nord qui ne devaient leur survie qu'à l'aide des Elfes du Lindon et de Fondcombe. Toutefois, l'adversité ayant préservé leur hardiesse, leur courage et leur noblesse d'esprit, la plupart d'entre eux devinrent les Rangers qui se donnèrent pour mission de protéger les rares survivants des Peuples Libres en Eriador, parmi eux les Hobbits et certains peuplements humains comme le Pays de Bree.
De plus, le Chef de ces Rangers, était l'héritier direct d'Isildur dont la lignée ne fut jamais brisée, mais survécut dans un secret pratiquement absolu.

Dans le Sud, les Dúnedain de Gondor furent relativement épargnés en comparaison avec leurs cousins du Nord, néanmoins, au cours des siècles, ils durent affronter de nombreuses menaces provenant essentiellement de l'Est, du Harad et d'Umbar. Mais la plus grande menace provenait de l'intérieur, en effet, la plupart des Dúnedain de Gondor devenaient hautains et décadents. De plus, leur longévité diminuait de plus en plus, ceci à cause de mariages avec des Humains provenant d'autres peuples, mais aussi et surtout à cause de leur style de vie décadent. Ce phénomène causa même une guerre civile qui faillit mettre fin au royaume de Gondor qui finalement survécut mais la lignée directe d'Anarion fut interrompue à cinq reprises pour cause de morts prématurées et/ou sans descendance. Jusqu'à ce qu'elle disparaisse totalement et que le Gondor soit gouverné par des Intendants, Dúnedain eux aussi mais de moindre rang.

Toutefois, certaines familles, comme la Maison de Húrin ou celle des Princes de Dol Amroth gardèrent leur grandeur et leur noblesse, la dernière étant même enrichie par du sang elfe. Mais à la fin du Troisième Age, bien que Gondor existât toujours et que certains Dúnedain étaient encore nobles et sages, la plupart d'entre eux avait décliné considérablement au point de ne plus être vraiment différents des autres peuples humains.

Après la Guerre de l'Anneau, le Chef des Rangers, Aragorn, fils d'Arathorn, descendant direct d'Isildur et héritier légitime des royaumes du Gondor et d'Arnor, fut couronné sous le nom d'Elessar Telcontar, dirigeant de tous les Dúnedain et Roi des deux royaumes réunifiés. Il fut comparé aux plus nobles des Númenóréens, voire même aux Seigneurs Elfes. Il prit pour épouse Arwen, fille d'Elrond (un desdits Seigneur Elfe), et ensemble ils gouvernèrent de façon juste d'un long règne qui apporta la paix et la prospérité à tous les peuples des Terres du Milieu.


Les Rohirrims :




Nom qui servait à désigner les habitants du Rohan. Ils étaient descendants des Éothéod et de ce fait appartenaient éthniquement aux Hommes du Nord.

Les Rohirrim étaient relativement grands et blonds ou roux pour la majorité d'entre eux. Ils avaient une longévité d'environ 80 ans et restaient vigoureux même à un grand age. Ils aimaient leurs chevaux, les Mearas, les plus nobles des chevaux, par dessus tout, et étaient les meilleurs cavaliers des Terres du Milieu. Une grande partie de leur culture et de leur civilisation était d'ailleurs basée autour de leurs chevaux.

Leurs origines, en tant que peuple à part entière, remontent à l'année III 2510 quand une armée d'Éothéod, menée par leur Roi Eorl le Jeune, et provenant de la Vallée de l'Anduin, vint au secours des armées de Gondor qui étaient en train d'être défaites par une invasion d'Orcs et de Balchoth au cours de la Bataille du Champ du Celebrant qui fut gagnée grâce à eux.

Le Roi Eorl le Jeune était très respecté et aimé de son peuple. C'est lui le premier qui a apprivoisé les Mearas, dont on dit qu'ils descendent directement de Nahar, le destrier du Vala Oromë. En remerciement de leur aide qui fut cruciale, le Gondor donna au Roi Eorl la province du Calenardhon au nord du royaume. Elle devint alors indépendante et fut renommée Rohan (ou encore la Marche ou Riddermark). Après cela un serment d'entraide fut fait entre les deux royaumes.

Les Rohirrim étaient un peuple guerrier et ses Cavaliers portaient souvent des cottes de mailles argentées et étaient armés de lances et de longues épées souvent réhaussées de gemmes vertes. Ils portaient leurs cheveux longs et souvent tressés, et portaient des heaumes avec des panaches en crin de cheval. Leur couleur était le vert et leur emblème un cheval blanc galopant. Au cours de l'existence du royaume, ils combattirent souvent, Hommes de l'Est, Hommes de Dun, Haradrim, Uruk-Hai et Orcs.

Sur une colline aux abords des Montagnes Blanches, ils bâtirent leur capitale Edoras au centre de laquelle s'élevait Meduseld, le Grand Hall au toit d'or des Rois du Rohan. Dans les Montagnes Blanches, ils restaurèrent plusieurs anciennes forteresses, essentiellement pour protéger leur peuple en cas d'invasion


Les Gondorien :




Ils vivents dans la régions du Gondor. Le Gondor (« pays de [ceux qui utilisent la] pierre » en sindarin) est un vaste pays qui s'étend au sud de l'Eriador et du royaume de Rohan, sur les côtes de la baie de Belfalas. Le pays s'articule autour des Montagnes Blanches (Ered Nimrais), une longue chaîne de montagnes qui s'étire de Belegaer à l'ouest au mont Mindolluin et à Minas Tirith à l'est. À sa naissance, le royaume ne s'étendait que sur une petite étendue de terre, principalement l'Anórien et l'Ithilien, fiefs respectifs d'Anárion et Isildur, les fils d'Elendil.


Dernière édition par le Lun 9 Avr - 12:02, édité 1 fois
avatar
Elgoain
Administrateur
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 1465
Age : 27
Votre côté (mal ou bien) : bien
Date d'inscription : 10/10/2006

Fiche
Fortune:
1500/5000  (1500/5000)
Grade:
Armées:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les races

Message  Elgoain le Lun 9 Avr - 11:58

Les elfes :



Dans l'œuvre de J.R.R. Tolkien, les Elfes sont les aînés des Enfants d'Ilúvatar, les cadets étant les Hommes. Ce sont des êtres immortels : vieillesse et maladies n'ont presque aucun effet sur eux. Seule une blessure grave ou une profonde mélancolie peuvent séparer leur corps de leur âme. Lorsqu'un Elfe disparaît, son âme se rend dans les cavernes de Mandos, où il attend d'être réincarné.

Les Elfes sont grands et imberbes, sauf les plus âgés, les exemples connu étant Círdan et Mahtan, le beau-père de Fëanor, père de Nerdanel.

Les Elfes considèrent le Soleil comme étant du genre féminin, car c'est un esprit féminin qui conduit l'astre, et la lune du genre masculin, car c'est un être masculin qui le fait voyager à travers les cieux.

Les divisions des Elfes :Dès leur éveil, sur les rives du lac de Cuiviénen, les Elfes comprenaient trois clans : les Minyar (« Premiers »), les Tatyar (« Seconds ») et les Nelyar (« Troisièmes »). La première véritable division des Elfes eut lieu à Cuiviénen, le lieu de leur éveil, entre ceux qui acceptèrent de suivre le Vala Oromë en Valinor et ceux qui refusèrent. Ces derniers, uniquement composés de Tatyar et de Nelyar, sont les Avari, tandis que les autres reçurent le nom d'Eldar. Ils conservèrent la division en trois clans :

les moins nombreux, les Vanyar, menés par Ingwë ;
les Noldor, menés par Finwë ;
les Teleri, les plus nombreux, menés par Elwë et Olwë.
Cependant, tous les Eldar n'arrivèrent pas en Valinor. Certains choisirent délibérément d'abandonner la marche et de s'établir dans la vallée de l'Anduin : ce sont les Nandor, dont le chef était Lenwë. Plus tard, son fils Denethor mena une partie de son peuple en Beleriand, qui prit le nom d'Elfes Verts ou Laiquendi. Pendant ce temps, la marche se poursuivait, et les Elfes finirent par atteindre le Beleriand, à l'extrémité occidentale de la Terre du Milieu. Ils ne pouvaient aller plus loin, et Oromë retourna seul en Valinor demander conseil aux autres Valar.

Pendant ce temps, Elwë disparut dans les bois de Nan Elmoth, envoûté par les charmes de la Maia Melian. Les Teleri partirent à sa recherche tandis que Vanyar et Noldor embarquaient sur une île qu'Ulmo employa pour leur faire traverser la Mer et leur faire atteindre Valinor. De nombreuses années plus tard, Ulmo revint en Beleriand pour emmener les Teleri à la prière des Noldor. Cependant, Elwë n'ayant toujours pas reparu, certains Teleri restèrent en arrière et prirent pour nom Eglath, les Abandonnés. D'autres qui vivaient sur les côtes s'étaient liés d'amitié avec le Maia Ossë et restèrent en Terre du Milieu à sa demande : ce furent les Falathrim. Lorsqu'Elwë réapparut, aux côtés de Melian, il devint le roi de tous les Elfes de Beleriand, qui prirent le nom de Sindar, les Elfes Gris, lui-même s'appelant désormais Elu Thingol


les elfes Sindarin :




Le sindarin est la langue des Elfes Gris du Beleriand, les Sindar. C'était la langue elfique la plus parlée en Terre du Milieu. Elle est née lorsque les Teleri se sont séparés au cours de la Marche vers l'Ouest. Au retour des Noldor, le roi Thingol bannit le quenya de son royaume à cause du massacre des Teleri par les Noldor. Le sindarin devint alors la langue principale de la Terre du Milieu. Mais le quenya était encore utilisé par les Noldor pour de la poésie et quelques cérémonies.

Le sindarin et le quenya avaient plusieurs racines et mots similaires à cause de leurs origines communes. Le sindarin était aussi réputé pour être une langue qui évoluait plus vite que les autres, il existait alors de nombreux dialectes en fonction de l'éparpillement des populations au Beleriand et en Terre du Milieu.


Les Noldor :




Ils sont les « Elfes Profonds », seconde légion des Eldar pendant la marche vers l'ouest depuis Cuiviénen. Ils retournèrent sur la Terre du Milieu à la demande de Fëanor pour récupérer les Silmarils volés par Morgoth. Toutefois, une grande majorité de Noldor choisit de suivre le frère de Fëanor, Fingolfin. Le retour des Noldor vers la Terre du Milieu engendra les premiers meurtres des Elfes par les Elfes. En effet, en arrivant au port d'Alqualondë, les Teleri refusèrent de prêter aux Noldor les navires nécessaires pour se rendre en Terre du Milieu. Fëanor s'empara donc de ceux-ci par la force, et quitta la terre d'Aman sans attendre son frère. Fingolfin et les siens durent traverser à pied l'Helcaraxë, un dangereux détroit recouvert de glace reliant la terre d'Aman et la Terre du Milieu.

Les Noldor bâtirent plusieurs royaumes en Terre du Milieu, dont les plus connnus furent Gondolin et Nargothrond. À la chute de Morgoth, la majorité des Noldor retourna en terre d'Aman. Très peu restèrent en Terre du Milieu, à l'instar de Galadriel ou de Celebrimbor. La chute de Morgoth marqua la fin du Premier Âge. Lors du Deuxième Âge, les Noldor restés en Terre du Milieu fondèrent plusieurs autres royaumes, dont celui d'Eregion. Ce sont les Elfes de ce royaume qui, abusés par les déguisements de Sauron, forgèrent les Anneaux de pouvoir. Ils prirent part à la Bataille de la Dernière Alliance contre Sauron, et les derniers d'entre eux quittèrent la Terre du Milieu par les Havres Gris de Cirdan après la chute définitive de Sauron, à la fin du Troisième Âge.

Le nom (quenya Ñoldo, sindarin Golodh) signifie « Les Sages » (dans le sens de ceux qui possèdent le savoir, non de la sagacité ou un jugement sain). Leur langue est le quenya.


Les Galadrims :


Ce sont les efles qui vive on Lorien avec Celeborn et Galadriel




Les elfes de Mithlond :




Ce sont les elfes qui protège les navires aux Havres gris. Il défend aussi la région du Lindon.


Les nains :




En anglais, le mot « nain » se dit dwarf dont le pluriel est dwarves. Tolkien, pour distinguer ses créatures fictives, utilisa le mot dwarves pour le pluriel. Selon la mythologie du professeur Tolkien, ils furent créés par Aulë pour endurer la puissance de Melkor. Aulë créa sept pères pour les nains, dont le plus illustre est Durin, dit l'immortel ou trompe la mort. Ils sont trapus, robustes, résistants (à la douleur, aux intempéries), mesurent environ 1,50 mètres, parlent le khuzdul et portent la barbe. Quant aux Naines, elles ne représentent pas plus d'un tiers de la population, ce qui a pour conséquence un accroissement démographique lent. Elles sont très semblales aux Nains aux yeux des autres peuples, au point de les rendre différenciable seulement grâce à l'absence de barbe.

Les Nains sont spécialisés dans l'exploitation des mines : ils ont construit les mines de la Moria (Khazad-dûm) et plus largement sur une grande partie de la Terre du Milieu. Non seulement les Nains sont de très bons artisans, créant des armes réputées en Terre du Milieu , comme Narsil, le Heaume du Dragon de Dor-lómin ou encore Angrist, favorisant ainsi le commerce avec les Elfes (plus particulièrement les Elfes Ñoldor dirigés par Celebrimbor, les Gwaith-i-Mírdain). Mais les Nains sont aussi de formidables guerriers intrépides, auteurs de haut-faits d'armes à la bataille d'Azanulbizar, ou à Nirnaeth Arnoediad, les Larmes Innombrables.

C'est seulement dans la trilogie cinématographique de Peter Jackson qu'il est question du côté sprinteur des nains ainsi que du lancer de nain (sport qui a eu beaucoup de succès en Australie et en Nouvelle-Zélande avant d'être interdit).

Les Nains possédèrent sept anneaux de pouvoir. Le dernier fut détenu par Thrôr puis Thraïn, à qui Sauron le reprit quand il le fit captif.

Le héros Nain du Seigneur des Anneaux est Gimli qui se lia d'amitié avec l'Elfe Legolas et fut le premier Nain à entrer en Lórien (depuis l'époque de Durin) et à être entièrement dévoué à Galadriel. À la mort d'Elessar, il partit avec son ami legolas sur un grand navire pour les terres immortelles d'Aman.

_________________
avatar
Elgoain
Administrateur
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 1465
Age : 27
Votre côté (mal ou bien) : bien
Date d'inscription : 10/10/2006

Fiche
Fortune:
1500/5000  (1500/5000)
Grade:
Armées:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les races

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum